Historique

« Construit au début du 19ème siècle, ce n’est qu’en 1896 que mon tri-aïeul, Charles Bonnaventure, négociant en vin à Cette (Sète), décide d’acheter le domaine de Saint-Pierre et, depuis plus de cent ans, cinq générations de cette famille se sont succédées pour cultiver, améliorer, moderniser et développer cette exploitation  » entre ciel et mer « . Son fils aîné, Charles, entouré de plusieurs ouvriers et d’un ramonet, embauche en 1938 une jeune fille, Isabelle alors âgée de 20 ans.
isabelle

Elle a travaillé au service de la vigne et du vin au domaine de Saint-Pierre jusqu’à l’âge de 90 ans, c’est un exemple de courage de dévouement et de fidélité, elle s’est éteinte à 95 ans, elle aura marqué l’histoire de la propriété.

La deuxième guerre mondiale amène l’évacuation du domaine en 1944, les terres sont minées et abandonnées, la cave détériorée, la maison occupée. En Mars 1946 mon grand-père Frank Viala, époux de la fille de Charles, reprend l’exploitation, reconstruit la cave, commence à replanter les vignes dont la première récolte sera seulement de 200 hectolitres. Il suit en cela la passion pour la vigne de son propre père Pierre Viala, qui sauva le vignoble français détruit par le phylloxera dans le premier quart du siècle, en introduisant le porte greffe américain résistant à la maladie. A la mort de Frank en 1951, sa femme Angèle décide de garder le domaine aidée de son personnel, d’Isabelle et de son régisseur, Pierre Mascon.

L’époque est encore à la production à haut rendement, d’un vin de table sans grand intérêt vendu au commerce de gros. La rentabilité est modeste et les méventes deviennent de plus en plus fréquentes.

En 1969 mes parents s’installent à Saint-Pierre et mon père reprend le flambeau, continue de replanter des vignes, entreprend de nouveaux travaux dans les chais pour améliorer la qualité et surtout met à profit le développement touristique de la station balnéaire en créant la vente directe du vin.

En 1975 un stand est né à l’entrée du domaine. Grâce à une nette amélioration de la qualité et aidé en cela par un œnologue, il vend chaque année une grande partie de sa récolte.

23 ans ont passé et dès 1993 me voici représentant la cinquième génération, exploitant du domaine. »